Victoire
Barbot

Atelier :
1 place de Lorette
Fr-13002 Marseille

BIOGRAPHIE

Depuis quelques années, Victoire Barbot construit des agencements, intitulés Misensemble. Après ses études aux Beaux Arts de Paris, elle continue ses recherches sur différents états possibles d’une même sculpture entre la France et le Mexique. Victoire élabore des équilibres précaires avec des matériaux collectés qu’elle emboite, déploie et range dans l’espace. Puis elle les archive par le dessin et finit par les classer de nouveau en dessinant ses sculptures sous une forme rangée qu’elle nomme Misemboite.

Née en 1988 à Dreux. Vit et travaille entre Marseille et Mexico.

Victoire Barbot, un minimalisme très subjectif

De la sculpture à la peinture, la démarche de Victoire Barbot ne cesse d’aller et venir en quête de la réalisation de tout un monde de travaux qui déterminent les termes d’une forme d’esthétique singulière, tout à la fois minimaliste et subjective. A cette fin, l’artiste en appelle au réemploi de matériaux de récupération qu’elle met en jeu dans des compositions qui se déclinent volontiers à l’ordre tantôt d’inventaires, tantôt de séries, tantôt d’installations, où le dessin trouve ici et là sa place.

Ses œuvres procèdent d’un certain nombre de critères récurrents : qu’ils soient protocolaires comme l’action, l’assemblage ou la combinaison, qu’ils soient formels comme la structure, l’emboîtement ou l’empilement, qu’ils soient physiques comme le fragile, l’équilibre ou l’éphémère. Elles sont le plus souvent dans un rapport d’échelle à la mesure de l’artiste et relèvent implicitement d’une histoire qui lui est souvent personnelle. Ainsi de l’entreprise familiale de pièces détachées pour vélos et voitures au sein de laquelle elle a grandi.

D’un mode à l’autre – et inversement -, Victoire Barbot compose avec le contexte et les existants matériels qu’elle trouve sur le territoire où elle est amenée à intervenir. Cette façon de travail in situ l’assure d’une liberté et d’une surprise créatrices qui la conduisent chaque fois à imaginer une situation inédite. Par-delà l’usage qu’elle fait des matériaux utilisés – cuivre, verre, velours, végétaux, mousse, etc. – et des protocoles requis, son art s’avère dépasser toute considération formelle pour instruire un monde proprement poétique.

 

Philippe Piguet

Silence is sexy

Victoire Barbot, Silence is sexy, part 2, Vue d’installation, SOma, Mexico, 2018. © José Esteban Pavlovich

Misensembles 64-72

Victoire Barbot, Misensembles 64-72, vue d’exposition Autoconstruccion. Detritus, MUCA, UNAM, Mexico, 2018. © Victoire Barbot

Vue d’exposition, 2014

El quitasol II (état doublé)

Victoire Barbot, El quitasol II (état doublé), vue d’exposition El quitasol, Carta blanca, Mexico, 2018. © Victoire Barbot

Jean I

Victoire Barbot, Jean I, cuivre, épis de blé, cartes, 120 x 25 x 10cm. © Victoire Barbot

White and red painting

Victoire Barbot, White and red painting, lais de velour, scotchs, dimensions variables. Vue d’exposition Cascara de Mango, Squash London, Mexico. © Victoire Barbot