Antoine
Nessi

Atelier :
1 place de Lorette
Fr-13002 Marseille

BIOGRAPHIE

Antoine Nessi est un sculpteur français. Il a obtenu un DNSEP à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Son travail a été présenté lors d’expositions personnelles à La Pipe Factory à Glasgow, à 360 m3 à Lyon et en duo avec Paul Paillet à HLM / Galerie Où à Marseille de même qu’à Interface à Dijon. Il a participé à diverses expositions collectives notamment Par les temps qui courent au Grand Café à Saint-Nazaire, Être chose au Centre international d’art et du paysage de Vassivière et The Promise of Moving Things du commissaire Chris Sharp au Centre d’art contemporain d’Ivry-sur-Seine. Il a effectué des résidences au Glasgow Sculpture Studios en Écosse ainsi qu’à la Fonderie Darling à Montréal.

Né en 1985 à Paris.

www.antoinenessi.com

Qu’il travaille en fonte d’aluminium, en mousse taillée ou en résine moulée, Antoine Nessi fait dans le mobilier et l’immobilier de la dystopie. En anthropologue séditieux, il emprunte des formes au réel pour les réinventer dans son propre régime narratif. Ses sculptures s’apparentent à ce que l’on pourrait trouver en usine sur une chaine de montage, au moment où quelques pièces mises ensemble s’ajustent, dans une fulgurance, au monde inconscient de l’ouvrier. Dans différentes séries, Antoine Nessi moule des outils de travail pour en tirer des ébauches, des masques, ou des créatures insensées, détournant ainsi une valeur d’usage en une force de contestation fantastique. Que l’on croie ou non dans le pouvoir de l’art de changer la vie, la manière dont on fabrique l’art reste un objet inévitablement politique. Lui, fraye volontiers du côté de l’indutrie, entendant son rôle d’artiste comme étant celui détraquer la notion standard de productivité. Mais il cherche avant tout à se saisir d’un désir commun institué en mode de vie, celui du divertissement apathique et de la surveillance user friendly que conditionne notre économie. Il se fait aussi l’ombre kafkaienne qui, selon l’échelle de ses pièces, met le spectateur dans la position ici du maître, là de l’esclave. L’histoire de l’art moderne aura finalement dicté les formes de l’oppression ordinaire. Les oeuvres d’Antoine Nessi nous surprennent là, quelque part entre les stabulations agricoles et la rame de métro, la salle de fitness et le pénitencier.
Marilou Thiébault
Passage

Antoine Nessi, Passage, acier, oeufs, vue d’exposition, L’Oeil du poisson, Québec, 2018.

Nobodybuilder

Antoine Nessi, Nobodybuilder, polystyrène, acier, enduit, peinture, Bruit de fond, Marseille, 2017

Systèmes solitaires

Vue de l’exposition “Systèmes solitaires”, en duo avec Paul Paillet, Ressources urbaines, Genève, 2017.

Unknow Organs

Antoine Nessi, Unknown organs, acier galvanisé, inox, alu, laiton, exposition “The Promise of moving things” (cur. Chris Sharp), Le Crédac, Ivry-sur-Seine, 2014.

Machines fantômes 1 et 2

Antoine Nessi, Machines fantômes 1 et 2, fonte d’aluminium, bois, 2013